L'écriture

Comment (re)trouver l’inspiration pour écrire?

Spread the love

La page blanche. Cette fameuse perte d’inspiration qui peut durer quelques jours comme quelques années. Quel écrivain peut se prévaloir de n’avoir jamais connu un tel déboire ? Sans doute aucun, parce que la vie est ainsi faite que, parfois, les mots nous fuient. Notre esprit peut être surchargé par d’autres sujets de préoccupation ou bien, au contraire, se vider de toute substance.

Comme tant d’autres, j’ai vécu cette expérience il y a quelques temps : une absence d’idées nouvelles, l’impression de ne pas savoir où me mène mon intrigue, les jours qui passent encore et encore jusqu’à former des mois. Près de trois mois, durant lesquels j’ai songé à arrêter complètement l’écriture. Puis un jour, mettre fin à ce cycle néfaste et retrouver l’envie et l’inspiration. Il n’y a certes pas de recette miracle pour sortir d’une telle crise. Cependant, je suis convaincue que certaines actions peuvent aider à surmonter cette difficulté. Pour ma part, les conseils qui suivent ont fonctionné alors je les mets à votre disposition.

Le premier élément pour briser le cercle vicieux de la non-productivité est de s’imposer des temps d’écriture réguliers. Vous n’avez pas envie ? Vous bloquez sur un passage ? Aucun récit nouveau ne vient se glisser sous votre plume ? Peu importe, continuez malgré tout à écrire.

S’imposer dans son planning des plages horaires fixes et dédiées au travail de rédaction constitue le premier pas vers un « retour à la normale ». Il s’agit de remettre le pied à l’étrier. Peu importe quel sujet est abordé, même si celui-ci n’a rien à voir avec le thème de votre œuvre que vous développez par ailleurs. Ecrire, encore et encore, jusqu’à ce que votre élan créatif se débloque.

Cela m’amène donc naturellement à un second point, celui de se créer une routine d’écriture. Connaître ses habitudes de travail, c’est d’abord se connaître. Il n’existe pas de bonne ou mauvaise routine, simplement une routine qui correspond le mieux à la personnalité et les attentes de chacun.

Identifier les moments où vous êtes le plus concentré (et donc le plus performant) est essentiel. Est-ce le matin ou au contraire le soir, la nuit ? Quelles sont les conditions qui favorisent votre inspiration ? Pour ma part, ma routine est relativement simple : je travaille dans une pièce chaleureuse et lumineuse possédant une table sur laquelle je peux poser une feuille ou un ordinateur. La présence de musique douce et dédiée à la concentration ainsi qu’une boisson chaude me permet de créer une ambiance particulière que je retrouve à chaque fois et de m’enfermer dans un cocon. Lorsque je suis prise dans ces sensations habituelles et rassurantes, je peux lâcher prise et me consacrer uniquement à l’écriture. Le calme est un facteur clef dans mes séances d’écriture. Pour d’autres, c’est tout l’inverse. Un ami poète a besoin de présence et de vie autours de lui pour y puiser ses idées. 

Sortir de sa zone de confort est une autre manière efficace de briser le cercle de la monotonie et de la non-productivité. Cette idée peut sembler à l’opposé de ce que je viens juste de décrire, pourtant ces deux concepts ne sont pas antagonistes mais bien complémentaires. En effet, sortir de l’ordinaire permet d’ouvrir son esprit. L’imaginaire se nourrit de ce qui nous entoure, consciemment ou non. Lui apporter de nouveaux éléments ne peut donc qu’être bénéfique.

Je vais désormais pointer une solution que j’ai longtemps dédaignée et que je redécouvre désormais avec plaisir. Il s’agit de considérer l’Art comme source d’inspiration. Peintres, sculpteurs, dessinateurs, architectes, cinéastes, écrivains… Toutes ces disciplines ne sont-elles pas simplement diverses facettes, diverses manifestations de l’Art ? Elles vont chercher la nouveauté dans les tréfonds de l’esprit de leur créateur.

Flâner dans les allées d’une galerie de peinture, parcourir les couloirs d’une exposition, regarder une œuvre ou la lire, hanter les murs d’anciennes bâtisses… Autant de possibilités pour aller titiller son imagination ! Alors n’hésitez pas à aller puiser dans ce qui existe déjà.

Dernier point : l’état d’esprit du créateur. Pris dans les méandres d’une perte de créativité, tout semble désormais morne et sans intérêt. Les incidents les plus minimes deviennent des catastrophes absolues et tout vous semble noir. Ces sombres pensées polluent votre esprit et vous empêchent de retrouver cette sacro-sainte inspiration ! Il devient donc vital de changer de dynamique pour en adopter une plus positive.

Des études l’ont démontré, l’état d’esprit d’un individu va influer sur les évènements qui lui arrivent. Autrement dit, plus on voit le verre à moitié vide et plus on a de risques d’avoir effectivement « la poisse », « des galères » et de « la malchance ». Formater son esprit à penser positivement semble donc important pour attirer à soi des évènements positifs. Il est possible de trouver des impacts positifs même aux situations les plus terribles.

Vous êtes désormais reboosté à mille pour cent, l’inspiration a repris sa place dans votre esprit et votre vie. Vos personnages vont pouvoir vivre de nouvelles aventures, partir dans de dangereuses quêtes et vaincre les forces du mal -ou bien participer à leur apogée selon vos préférences-. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire sur ce post pour me donner vos ressentis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *