Mes lectures

La fiancée au corset rouge

Spread the love

« A l’été 1688, Adélie, une jeune orpheline française, monte sur le Saint Louis au port de La Rochelle pour rejoindre son fiancé en Acadie. Toutefois, ce n’est pas dans les bras de son amoureux qu’elle se retrouve au terme de sa traversée de l’océan Atlantique, mais plutôt au cœur d’une attaque de pirates, qui prennent le navire d’assaut. Elle attire bientôt la convoitise d’Arie, un renégat aussi élégant que redoutable, qui ne recule devant aucune violence pour en faire sa prisonnière personnelle. Or, le forban compte plusieurs ennemis parmi ses compagnons ; il décide donc de s’enfuir dans les forêts vierges de l’Acadie, où Adélie est obligée de le suivre…

Arie ne fait aucun mystère de son désir pour sa captive, mais il promet tout de même de la conduire à son fiancé à Grand-Pré. Dans la solitude de l’immensité sauvage qui les sépare de leur destination, Adélie pourra-t-elle résister aux séductions d’Arie, dont le passé nébuleux et la bravoure devant le danger amplifient le charme ? »

 

Ce roman condense de nombreux éléments propres à plaire à toutes celles qui, comme moi, sont adeptes de romances. Arie, le personnage masculin, a clairement été imaginé dans le but de séduire les lectrices féminines de 15 à 75 ans. Bel homme, il semble tout avoir pour lui : une pointe d’esprit, un comportement protecteur et viril, sans oublier un caractère charmeur et des traits d’humour appréciables. En somme, le fiancé idéal, presque trop parfait pour avoir une réelle consistance. Cela explique sans doute que l’auteure, Pascale DUSSAULT, ait choisi de lui rajouter cette violence intrinsèque, proche parfois de la barbarie.

 

               L’histoire est teintée de ci de là de scènes suffisamment érotiques et explicites pour attiser le désir et laisser planer une aura propre à enflammer les sens de chacun. Pour autant, le ton reste suffisamment sage pour être lu par tous. On est bien loin de cinquante nuances de Grey !

              

               Le point de vue d’Adélie, que l’on retrouve tout au long de ce récit raconté à la première personne est rafraichissant pour un livre qui se parcourt en une soirée. Il est cependant regrettable que l’intrigue soit aussi peu consistante. En effet, dès le premier chapitre, le lecteur peut deviner la tournure que va prendre la relation entre les deux héros. La scène finale est appréciable en cela qu’elle est, à l’image de livre, romanesque et qu’elle laisse l’opportunité au lecteur d’imaginer la suite.

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *